Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aimer, c'est donner quelque chose que l'on a pas...

Publié le par Carole Grandgirard

Me voici de retour d'un colloque de 2 jours à Lyon portant sur les expositions scientifiques et de société. Que de plaisir à entendre des réflexions, des démonstrations, des intentions de professionnels aussi bien rondement menées, mais surtout faisant écho et avec tellement de sens. Bref, certains ont été plus brillants que d'autres, plus précis, plus pointus, mais en tous les cas, j'ai retenu quelques bribes ici retranscriptibles car pouvant s'adapter à mon blog, ma démarche de création ou à la vie plus simplement.

La première phrases que j'ai retenue est une citaiton de Jacques Lacan "aimer, c'est donner ce qu'on a pas à une personne qui n'en veut pas".

Bon faut un peu se remuer les méninges à ce sujet.

On ne parle pas uniquement forcément de l'Amour ici entre deux personnes, nous parlions d'exposition dans ce cas là. "Aimer c'est donner ce qu'on a pas pas...", aimer peut effectivement être une illusion, une démarche illusoire, et donc vaine, d'avoir l'impression de donner à l'autre alors que l'on ne sait pas vraiment ce qu'on lui donne, ce qu'on lui demande. Je te donne le désir de toi et donc je ne suis pas source de désir, donc cela ne m'appartient pas vraiment ? Je te demande de m'aimer comment ? Comme la mère aime son enfant ? Impossible de donner cela et surtout dangereux ! Je ne peux formuler mon amour pour toi alors je te le livre pour que tu en fasses ce que bon te semble ? Voilà déjà que ce début de phrases suscite plein d'interrogations auxquelles je serais bien infichue de répondre.

Deuxième partie de phrase : "à quelqu'un qui n'en veut pas"

L'amour serait-il juste la rencontre de deux désirs ? Serait-ce que nous ne mesurons pas ce que l'autre nous donne ou alors que nous n'attendons rien des autres de la sorte ne jamais ne l'avoir connu avant  ?

C'est là où le parallèle avec la démarche d'exposition est en lien : je te donne à voir quelque chose que tu n'attandais pas. Moi-même je ne sais plus tellement ce que je te donne, mes intentions conscientes et inconscientes étant tellement mêlées. Je te livre ce "paquet", dont tu te saisis ou dont tu ne te saisis pas, mais j'ai l'impression de faire un acte de partage, d'amour, de générosité.

Voilà comment 'ai interprêté ce que cette fichue phrase faisait ici dans ce colloque.

Et puis je voulais également vous donner à "méditer" (si je puis me permettre) une phrases de Jacques Lefort, rédacteur Chef adjoint de Libération, qui disait lors de ce colloque, que les blog ne sont pas un bon véhicule de la critique, de la réflexion, de la culture... ils permettent une expression de l'anonymat et donc une dégradation de l'information qui se répètent, se répondent les uns et les autres et rebondissent sans vraiment de légitimité une information appauvrie... un peu dur, mais il se trouve que j'ai un peu méditer sur cela et que cela n'est pas faux. Sauf que les blog permettent aussi de croiser les regards, de partager, de se nourrir les uns des autres, dans la mesure où tous entre nous, il est entendu que ce n'est pas "parole d'évangile" et que chacun doit rester vigilant à ce qu'il écrit, lit, apporte dans la blogosphère. "Je blogue donc je suis" ne doit pas être une fin en soit. Juste un outil supplémentaire d'expression démocratique voire même citoyenne...

Et puis il a dit aussi une chose sur l'expositon et le fait de montrer ses créations.

"Quand on a le culot infini de s'exposer, il faut également avoir le courage tout aussi infini (et je rajouterai, l'immense humilité) d'accepter la critique".


Commenter cet article